Dans une lettre au ministre de la Santé Xavier Bertrand, des praticiens estiment que l’efficacité de l’un des deux vaccins commercialisés en France, le Gardasil, (Sanofi Pasteur MSD) doit être mise en doute. Qu’est-ce que le Gardasil ? Un médicament utilisé dans la prévention du cancer du col de l’utérus.

Des symptômes inquiétants

Quelque temps après les injections du vaccin Gardasil, deux jeunes femmes âgées de 16 et 20 ans seraient victimes d’ effets secondaires grave qui ont bouleversé leur vie. Nausée, fièvre, vertige, et même paralysie sont devenus un enfer au quotidien à deux soeurs qui ont été vaccinées. En effet, Laura Agnès et Laëtitia Celli, raconte les effets secondaires qu’elles doivent subir, sur le site lemonde.fr. Elle affirment que ces troubles sont en lien avec l’utilisation du vaccin et on fait appel à l’intervention d’experts pour confirmer ce lien. Vendredi 8 juillet,  les deux jeunes filles ont également demandé une indemnisation auprès de la Commission Régionale de Conciliation et d’Indemnisation des accidents médicaux ( CRCI) de Lyon, dont elle dépendent. Me Charles Jospeh-Oudin, l’avocat des deux plaignantes, explique que d’autres demandes d’indemnisation « suivront ». Depuis leur vaccination, la santé les deux adolescentes se détériore gravement et leur vie change en profondeur. Nausée, fièvre, vertige, et même paralysie sont devenus un enfer au quotidien pour Laëtitia Celli. Paralysie de trois mois de la jambe gauche, trois hospitalisations et une polyradiculonévrite chronique diagnostiquée pour Laura.

Un courrier au ministre Xavier Bertrand

Un courrier a été adressé au ministre de la Santé Xavier Bertrand par le collectif de médecins qui se dit préoccupé par les campagnes de vaccinations « contre le cancer du col de l’utérus« . Et ils ont commenté : Le cancer du col est-il vraiment un problème de santé publique en France au sens où l’entendent les épidémiologistes ? La question mérite d’être posée, car en réalité, on assiste depuis 1980 à une baisse régulière du nombre de nouveaux cas et de la mortalité liée à cette affection ». Pour eux, « la seule et unique mesure de prévention associée à cette baisse régulière est le dépistage régulier par un frottis cervico-utérin ». Ils poursuivent : « Le millier de femmes qui meurent chaque année en France de ce cancer sont essentiellement des femmes qui n’ont pas été suivies régulièrement par frottis. » Ils précisent que le nombre de cas n’a pas augmenté et qu’il n’y a donc pas d’épidémie. Pour les praticiens, non seulement l’efficacité du vaccin Gardasil est loin d’être affirmée, mais il suggère aussi de réexaminer l’autorisation de mise sur le marché au niveau européen et de suspendre le remboursement en attendant de présenter des preuves solides de cette efficacité. Depuis sa commercialisation en France par le laboratoire Sanofi Pasteur MSD et sa mise en vente en novembre 2006, le Gardasil,  fait l’objet de nombreuses polémiques dans le secteur médical où l’on s’interroge sur les effets secondaires méconnus du vaccin.

L’Afssaps ne remet pas en cause le bénéfice/risque

Après trois bilans, l’agence française du médicament ne remet pas en cause le rapport bénéfice/risque du Gardasil. Sur les 1 700 déclarations, 82% sont liées à des effets mineurs et sans conséquence à long terme selon les chiffres de l’Afssaps,. D’après l’agence, les effets auto-immunes ne diffèreraient pas beaucoup des autres vaccins.